Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Tolerme Nature

LES ENJEUX DE L'EAU - Communiqué -

LES ENJEUX DE L'EAU - Communiqué -

Rédigé le 13 aout. Non publié par La Dépêche / ne paraît pas d'actualité à la rédaction. Mise à jour du 29/8/2022 : publié par La Vie Quercynoise du 25/8 et Actu Lot le 28/8 : https://actu.fr/occitanie/latronquiere_46160/lot-tolerme-nature-s-interroge-sur-les-enjeux-de-l-eau-a-latronquiere-et-sur-le-projet-sandaya_53322

                                                 V

Nouvelle canicule, reprise de feux, restrictions d'eau, et pourtant «  Un havre de fraîcheur au lac du Tolerme » est le titre d' un petit article de la Vie Quercynoise du 4 août, qui nous fait rêver.

 Comme nous souhaiterions que cela dure !

 Plus de 48 000 Ha sont déjà partis en fumée cette année en France : du jamais vu !

 Les préfets ne cessent de prendre des arrêtés de plus en plus restrictifs. Pour le lot, le dernier, du 12 août prévoit :

« L’interdiction totale de prélèvements concerne, pour le bassin de la Dordogne, notamment le Tolerme, et dorénavant la Bave, (interdiction pour les particuliers, les entreprises et collectivités, mais aussi pour les agriculteurs : irrigation et remplissage de plans d'eau, » Le préfet invite chacun à restreindre sa consommation d'eau... afin de contribuer à préserver les capacités d'approvisionnement en eau potable et garantir une réserve incendie » ( La Dépêche du 12 8 22)

Les départements voisins : Cantal, Aveyron sont également concernés :

« À l’image de Mur-de-Barrez, en Aveyron, des communes se retrouvent privées d’eau et sont donc ravitaillées par des camions-citernes. Selon le maire de Mur-de-Barrez, « Il y a une prise de conscience… Peut-être tardive sur les effets du réchauffement, mais ça doit nous permettre dès demain de nous projeter sur les alternatives, sur la préservation de la ressource en eau », précise Pierre Ignace.

« Il ne s'agit pas seulement de maintenir le statut quo », affirmait ce 12 août, sur France Culture, M. Ronan DANTEC, Sénateur de Loire Atlantique, « mais de mettre en œuvre une véritable adaptation de long terme face à l'accélération de la crise climatique »

Nos élus auront-ils la même sagesse ?

L'implantation au Tolerme d'un complexe d'hébergement de plein air de 300 emplacements, avec piscines , toboggans est, dans les conditions actuelles, une pure aberration. Un habitant consomme en moyenne 150 litres d'eau par jour, un touriste, lui, en consomme 300. Combien de litres d'eau faut-il pour remplir des bassins de 800 m2, pour entretenir les installations, pour arroser les espaces végétalisés.... ?

Les élus savent-ils que « le centre aquatique Natura de Brommat, ( dans le nord de l'Aveyron) avec ses piscines et toboggans, très prisé durant l’été mais trop gourmand en eau (10 m3/jour), a été fermé fin juillet. » ? (Sud Ouest 8 8 22)

C'est une année exceptionnelle ! diront, sans doute, certains.

Écoutons et regardons autour de nous !

A propos des incendies :« Ce qui pouvait s’apparenter à l’exceptionnel est désormais régulier en 2022, et sera sans doute notre quotidien en 2023 » dit Grégory Allione, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers. (Le Monde 19 juillet 2022)

A propos du manque d'eau , c'est toute l'Europe du Sud qui souffre du manque d'eau. les sécheresses se multiplient et arrivent de plus en plus tôt. L'Espagne, dont 75% du territoire est menacé de désertification, et la Grèce luttent contre les incendies, l'Italie a déclaré l'état d'urgence dans cinq régions du Nord. ( France info)

 Les prévisions du GIEC, déjà très alarmantes, sont considérées comme sous évaluées par d'autres scientifiques qui estiment que le GIEC a pris en compte une élévation des températures de 1,5° à 2°, mais pas une élévation de 3°. Ces experts souhaitent que les changements climatiques extrêmes soient inclus dans le prochain cycle de travail de l'ONU.

Selon eux, ce sont bien là les effets du dérèglement climatique et l'adaptation devient une véritable urgence.

 

 

 « Nous devons être extrêmement prudents et responsables au lieu de fermer les yeux », a prévenu récemment la ministre espagnole de la Transition écologique. Nos gouvernants sont mobilisés mais n'annoncent aucun changement majeur à la hauteur de la situation.

 Le secteur du tourisme doit, de toute urgence s'adapter aux enjeux climatiques et aux aléas qui s'annoncent plus fréquents et intenses.

Le Cantal s’est interrogé sur l’avenir de son tourisme. « Ce sont des zones refuges qui deviennent des perles rares avec des zones de baignade en montagne, par exemple, qu’il faut préserver ».

Nos élus seraient avisés de s'inspirer de cette démarche : pour le président de Sandaya l'atout du Tolerme c'est « la flotte » ! Pour combien de temps encore ?

Plutôt que de continuer à opter pour une faillite écologique, économique et sociale annoncée, préservons notre bien commun : le lac du Tolerme, havre de paix et de fraîcheur.

LES ENJEUX DE L'EAU - Communiqué -LES ENJEUX DE L'EAU - Communiqué -
LES ENJEUX DE L'EAU - Communiqué -LES ENJEUX DE L'EAU - Communiqué -
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :